Archives mensuelles : juillet 2013

Ce mardi 09 juillet, Mika faisait son show au Pavillon de Grignan dans le cadre des Nuits d’Istres. Retour sur un concert coloré, dynamique et plein d’émotion


Télécharger : Vidéo

L’événement était annoncé comme un des plus importants de cette édition 2013 des Nuits d’Istres et cela n’a pas manqué.
Gradins et fosse se remplissent petit à petit pour ne constituer qu’une foule compacte et surexcitée à l’idée d’applaudir ce jeune trentenaire surnomé Mika.

Le concert a du retard et le public s’impatiente mais il ne se fait pas désirer plus longtemps et ses musiciens foncent sur scène. Il les suit pour s’installer à son piano et entamer une première chanson dans une douceur peu connue chez ce personnage. Des groupies se font remarquer dès les premières notes au premier rang. Elles hurlent à s’en fendre les cordes vocales et arrivent même à dérober le chapeau de l’artiste.

Il enchaîne les titres sans perdre une seule goutte de son énergie légendaire. Il saute et danse à une allure qui donnerait presque le tournis, une véritable pile électrique qui sait capter l’attention de son public. Mika c’est aussi un personnage hors du commun, drôle et attachant, il n’hésite pas à se confier à son public. Certaines chansons ont des histoires qu’il souhaite partager avec les personnes présentes. Il nous annonce qu’il est allergique aux moustiques, il les insulte et commence un combat avec ceux qui osent roder autour de lui. Il parle de Saint Rémy de Provence, un village qu’il affectionne particulièrement car il y a vécu quelques temps. Avant de poursuivre avec « Elle me dit », Mika aborde le sujet des mères qui sont parfois un peu trop « chiantes », comme il dit. Mais il ne peut pas trop en dire non plus car la sienne est visiblement dans le public.

Lorsque les premières notes de ses morceaux arrivent aux oreilles des spectateurs, une osmose se crée et la foule se lève instantanément pour suivre l’artiste dans son univers. Ce phénomène prouve que les chansons de Mika sont de véritables tubes connus par tous. Le concert se déroule à merveille dans une ambiance digne des plus grandes salles de concert.

Plein de surprises sont offertes au public. Le décor monté sur la scène est un peu particulier, des symboles tapissent le fond et s’éclairent au rythme de la musique. Une colombe, une pomme, une seringue, un cœur, un homme armé, des araignées… un mélange de sigles assez étrange. D’énormes ballons colorés viennent envahir la scène et la fosse au milieu du concert. Ils volent au dessus des gens, passent de main en main et reviennent parfois sur la scène pour perturber Mika ! Un canon jette des confettis multicolores dans la foule, le moment est magique. Les oreilles prennent autant de plaisir que les yeux durant ce show.

Captivé par le spectacle, personne ne s’attend à ce que la fin approche et quand vient le dernier morceau une standing ovation prend place. Le rappel est demandé avant même qu’il ait quitté la scène. Il revient plus détendu que jamais pour interpréter « Lolipops » qui est évidemment reprise en cœur par l’ensemble des spectateurs.

Une ambiance chaleureuse, décontractée et tout en simplicité, le pari est gagné pour Mika. Les Nuits d’Istres peuvent refermer le livre de cette nouvelle édition, en confiance, et se préparer pour l’année prochaine !

1830 1842 1841 1840 1839 1838 1837 1836 1835 1834 1833 1832 1831

Source : Clémentine Carreno & JB Fontana Frequence-Sud.frMaritima.Info

mika-grenoble-live

Hier soir, une vague d’euphorie s’est emparée du parc Mistral de Grenoble dans l’Isère. Il faut dire que pour le traditionnel concert gratuit du début d’été, les organisateurs ont proposé du lourd, et même du très lourd. Devant 20 000 personnes déchaînées, la star Mika a fait le show. Un son pop acidulé et électrifiant, une dégaine à la Freddie Mercury, une énergie à toute épreuve. La classe…

De sa voix haut perchée, Mika touche à d’autres sphères, à croire que les dieux de la musique sont avec lui. Showman dans l’âme, le chanteur s’est agité dans tous les sens hier soir sur l’anneau de vitesse du parc de Grenoble devant les regards ébahis du public. « I can be brown, I can be blue… », scande-t-il dans son tube « Grace Kelly ». Tant qu’il n’aura pas mué et qu’il continuera à nous faire partager ses bulles de bonheur pur, Mika pourra bien être tout ce qu’il veut, le public n’est pas prêt de s’en lasser.

Source : Culturebox

Le lundi 08 juillet, après un week-end survitaminé à Albi, Pause Guitare a imposé un style plus électro-pop-rock avec Lilly Wood and the Prick, Martin Solveig et l’artiste le plus ‘unbelievable’ Mika. Une soirée que le public albigeois a visiblement plus qu’aimé. Envouté, envoutant, terriblement craquant… Bref jugez par vous-même les visuels !

3871 3872 3873 3874 3875 3876 3877 3878 3879 3880 3881 3882 3883 3884 3885 3886 3887 3888 3889 3890 3891 3892 3893

Un seul bémol malheureux, il se trouve que bon nombre de ces artistes étaient présents à Garorock. Mais cela n’a pas empêché pour autant les amateurs de pop d’être diablement charmé par Mika qui a littéralement créé une ambiance exceptionnelle. Il faut quand même reconnaitre que le garçon collectionne quelques tubes de ces 5 dernières années.

Que ce soit au piano ou debout, Mika s’éclate sur scène et cela fait du bien. Vous transmets une énergie de dingue si bien que vos pieds ont envie de bouger, vos mains d’applaudir et vos lèvres de chanter ! On vous laisse apprécier ou pas… C’est vous qui voyez, comme on dit !

Source : Capfeminin.fr

Source : Twitter @mikasounds

Aprés Salif Keita, IAM et Pierre Henry, c’est Mika qui a été choisi pour clôturer « les nuits d’Istres 2013 » le 9 juillet dernier. Et c’est parti pour près de 2 heures dans l’univers de ce chanteur pop découvert en 2007 avec les tubes « Grace Kelly » et « Relax ».

mika06 mika07 mika08 mika09 mika10 mika11 mika12 mika13 mika14 mika15 mika16 mika17 mika18 mika19

Il a fait chaud, même très chaud pour cette dernière « nuit d’Istres » au pavillon de Grignan.
Le cadre est superbe et il ne manque qu’une seule chose… Mika !
Le chanteur américano-libanais est attendu par un public venu en masse.
Et ce qui certain, c’est que son public est familial et intergénérationnel !
C’est avec 15 (petites) minutes de retard que le garçon arrive sur scène.
Souriant et habillé sobrement, il ouvre les festivités au piano, par un titre simple et sans fioriture « un soleil mal luné » issu de son dernier album.
Dès les premières notes, on ne peut que tomber sous le charme de sa voix et de sa musique.
Et c’est à « coup de tubes » que la chanteur va nous traiter :
« Grace Kelly » et  » Relax (Take it easy) » rendent le public totalement hystérique !
Le mains se lèvent, ça bouge, ça chante, ça hurle alors que la concert est à peine entamé…
Mais que nous réserve la suite ?
que du bon, je vous rassure…

Avant d’interpréter « Billy Brown », l’artiste se confie : « Je suis heureux d’être en Provence… A un détail prés… Je ne suis pas en vacances ! Quoiqu’en vacances, je m’ennuie. »
Côté public, l’ennui n’est pas au programme, bien au contraire.
Et c’est avec humour que Mika nous propose « Love you when i’m drunk » (traduction: « je t’aime lorsque je suis bourré »).
Les rires fusent lorsque le jeune homme lance « Va te faire foutre sale moustique ! Je suis allergique ».
On aura compris que ces « adorables » insectes volants et piquants sont, ce soir, personæ non gratæ !

Il est déja 22h22 et c’est le moment de décomplexer les femmes rondes avec « Big girl, you are beautiful » !
Ce soir, les complexes sont restés au vestiaire à l’inverse de l’amour.
« Origin of Love » et  » Underwater » se succèdent.
Et c’est par des signes de mains en forme de coeur que le public lui prouve tout son amour et son adoration.
Mika s’exprime dans un français parfait (NDLR : il vécu enfant, 8 ans à Paris) et il nous explique : « J’ai vécu dans un studio à St Remy de Provence. Dans un bar j’ y ai croisé Patricia Kaas et son chien (???) avec Dorian, un ami… Et après avoir écrit des chansons mélancoliques, c’est là qu’est venue l’inspiration pour « Elle me dit ». Ma mère est parmi nous ce soir, et je confirme, on peut avoir 15 ou 30 ans, les mères ça fait toujours chi** ! »
Ce grand adolescent de bientôt 30 ans enchaîne les tubes et ne nous laisse aucun répit.
Des ballons géants arrivent sur scène et dans les gradins lors de « Celebrate » !
On chante, on saute, on joue !
Un ballon jaune explose sur scène et l’artiste récupère les restes de caoutchouc pour s’en faire une cape.
Un vrai gamin ce Mika… Mais un vrai artiste aussi !
Les lumières se tamisent sur « Happy Ending » et l’énergie revient par « Love today » et « we are Golden ».
A 23h30 Mika disparaît pour mieux réapparaître avec « Lollipop », un titre « sucré, acidulé et coloré » qui caractérise si bien son univers musical.
Un univers digne d’une véritable cure de jouvence !
« Les nuits d’Istres » se sont donc clôturées par un artiste de qualité.
Vivement 2014, afin d’y retourner pour partager encore des soirées uniques, riches et variées.

(Photos : Davy Moisson)

Source : Maritima.info

Le 06 juillet 2013, Mika était en concert lors du festival « La Nuit De L’Erdre ». Je vous propose de visualiser plus de 120 photos. Cliquez ici pour accéder à la galerie.

lanuitdelerdre-news

Visionnez également deux vidéos en haute définition :

Un Soleil Mal Luné

Love You When I’m Drunk

N’hésitez pas à visiter la rubrique « Videos Online » où vous découvrirez plusieurs performances live de Mika depuis ses premiers concerts de 2007 à aujourd’hui…

Source : MikaWebsite[.Com!]

Grâce à la nouvelle pub Swatch qui utilise sa chanson « Underwater », il reprend 42 places d’un coup et atterrit douzième avec le titre, qui a séduit 4.300 acheteurs, soit une augmentation de 269% ! Il s’agit aussi du meilleur classement du titre, qui n’avait jamais dépassé la 50ème place lors de sa sortie en single.

underwater-vignette

Source : Pure Charts by Charts In France

Le chanteur compositeur libano-britannique Mika est retourné à son pays d’origine pour présenter son concert « The Origin of Love ». Un moment musical exceptionnel et une véritable ambiance de carnaval.

jounieh

Pour le troisième concert du Festival international de Jounieh, dont on n’a pas fini de louer la qualité de l’organisation, il n’a fallu qu’une poignée de secondes à Mika pour enflammer la scène. Ce n’est pas la première fois que Mika chante au Liban. Déjà, en 2008, il réunissait plus de 14000 fans au centre-ville, avant de fouler la scène de Baalbeck en 2010. Cette fois-ci, au stade Fouad Chéhab, le chanteur libano-britannique a réuni plus de 4000 fans, pour la plupart des enfants et des adolescents.

Son concert, intitulé The Origin of Love (L’Origine de l’amour), tout comme son troisième album, a repris pourtant tous ses grands succès. Dans un décor original mi-carnaval, mi-laboratoire, alliant banderoles et lampes électriques, Mika s’est déplacé entre le piano et le devant de la scène, où il a interprété Relax, Grace Kelly, Billy Brown ou encore Underwater, le titre-phare adopté par la marque de montre Swatch pour son 30e anniversaire, et qu’il a chanté avec le public. Sous une lampe suspendue au-dessus de lui et qui clignote de temps à autre, et devant des posters proposant des réponses probables à la problématique «The Origin of Love», Mika a encore prouvé qu’il était une véritable bête de scène débordante d’énergie.

Bondissant, dansant, déchaîné et même élastique, le chanteur a assuré le show pendant une heure et demie. Tant bien que mal, il a essayé de saluer Beyrouth en arabe, levant à plusieurs reprises le drapeau libanais. « Je viens d’être interviewé par les chaînes de télé MBC et al-Jazeera, a raconté Mika. On m’a demandé si j’étais inquiet de venir chanter au Liban, et je leur ai dit non, car je suis à moitié libanais. On ne peut donc pas se moquer de moi comme ça et me faire peur.»

Tout simplement et apparemment heureux d’être de retour au pays natal, le chanteur aux baskets pailletées a plaisanté à plusieurs reprises avec son public, qui n’a pas pu rester en place quand ont retenti les premières notes du tube Elle me dit, le premier titre de Mika en français paru sur son dernier album. La foule – des enfants surtout – s’est ruée vers la scène pour se rapprocher du chanteur en criant à tue-tête le refrain Pourquoi tu gâches ta vie?
Le carnaval des couleurs s’est poursuivi ensuite avec le lead single de son album, Celebrate, qui a été accompagné par une vague de ballons géants envoyés dans les rangs du public. Le chanteur qui maîtrise avec brio les variations dans les aigus a enfin interprété le tube Love Today et son tout nouveau single Live your Life, dévoilé il y a un mois.

Après ce concert qui a remporté l’unanimité des 4000 spectateurs, le Festival de Jounieh s’achèvera le 9 juillet, avec la troupe de The Voice, le célèbre télé-crochet de TF1. Les fans locaux de l’émission seront donc au rendez-vous avec le Libanais Anthony Touma et ses camarades pour un concert unique au stade Fouad Chéhab.

Source : L’Orient-Le Jour



    

Archives